Les bons côtés du gras

En étudiant la graisse pour mieux lutter contre elle, des scientifiques ont découvert qu’elle tenait un rôle vital dans notre organisme. Avec l’épidémie mondiale de diabète et d’obésité que l’on rencontre actuellement, la graisse n’a pas vraiment le vent en poupe. Et pourtant, elle est impliquée dans de nombreuses fonctions essentielles et vitales. Attention : il n’est pas question ici de dire qu’il est bon d’avoir beaucoup de graisse. Car cette dernière, pour assurer toutes les fonctions dont on va parler ci-dessous, a besoin d’être en bonne santé, c’est-à-dire d’être présente en quantités raisonnables. Chez l’obèse, le tissu graisseux est en quelque sorte « déréglé ». Les adipocytes (cellules graisseuses) ne parviennent plus à remplir certaines fonctions utiles à l’organisme. D’autre part, la localisation des graisses joue aussi un rôle. Ainsi, la graisse que l’on développe au niveau de l’abdomen lorsque qu’on est en surpoids est plutôt néfaste, tandis que le tissu graisseux présent sous la peau, près du cou ou autour des ganglions assure quant à lui des fonctions physiologiques utiles. Des centaines de molécules actives sont ainsi produites par ces « bonnes » graisses. Deux hormones, principalement, retiennent l’attention des chercheurs : la leptine et l’adiponectine. Quelles sont donc ces fonctions utiles de la graisse ?

- Dans le cerveau, elle module l’appétit : leptine et adiponectine agissent sur l’hypothalamus afin d’exciter l’appétit ou au contraire d’augmenter la sensation de satiété.

- Elle régule la température : c’est là une des principales fonctions de la graisse, fonction qu’aucun autre organe n’est capable de réaliser. Pas simplement parce qu’elle agit comme un isolant vis-à-vis du froid. La graisse brune, contenant un type spécifique de cellules graisseuses, réagit au froid en brûlant des lipides afin de produire de la chaleur. Et cette production est modulable en fonction des circonstances, car certains adipocytes présentent à leur surface des thermorécepteurs capables, comme notre peau, de ressentir les changements de température.

- Elle intervient dans notre système immunitaire : la graisse entourant les ganglions lymphatiques (sièges de l’immunité) active les cellules immunitaires en développement dans ces ganglions.

- Elle agit sur la pression artérielle et sur les vaisseaux sanguins : alors que l’on pensait la graisse uniquement néfaste au système cardiovasculaire, il apparaît que l’adiponectine provoque la dilatation des vaisseaux en cas de flux sanguin important. Peut être encore plus étonnant, l’adiponectine, toujours elle, prévient la formation de caillots, notamment parce qu’elle facilite la réparation des parois des vaisseaux endommagés.

- Dans les muscles, adiponectine et leptine sont impliquées dans la formation de nouveaux vaisseaux sanguins et adaptent la consommation des sucres. Elles ralentissent ou accélèrent le métabolisme des muscles en fonction des réserves d’énergie disponibles.

Ainsi, le tissu graisseux apparaît de plus en plus comme un organe à part entière, remplissant des fonctions essentielles. Et surtout, il apparaît comme un organe maltraité par la malbouffe et la suralimentation. Car on l’a dit plus haut, ce qui compte, c’est la qualité de notre tissu graisseux, pas sa quantité. Et trop de gras reste néfaste, empêchant par ailleurs le bon fonctionnement de cet organe…en voie de réhabilitation.

Bonne fin de semaine

Did

découvrez nos autres chroniques
aspegic