Dépression saisonnière

Nombreux sont ceux qui voient les jours se raccourcir avec un oeil inquiet!
Moins d'entrain, des difficultés à se lever le matin, plus de fatigue...Si il est naturel de ressentir une certaine mélancolie à l'automne et un petit coup de mou, il arrive parfois que cette situation s'installe de manière plus durable avec des symptômes associés : abattement, troubles du sommeil, baisse de la libido, changement de comportement alimentaire entraînant perte ou prise de poids, manque de concentration, désespoir, fatigue extrême. Si plusieurs de ces symptômes persistent plus de trois semaines, il peut s'agir d'un début de dépression. Lorsqu'elle survient toujours au même moment de l'année (octobre, novembre,...) et s'en va également toujours à la même période (mars, avril,...), on parle alors de dépression saisonnière.
En réalité, on ne sait pas très bien à quoi est due cette baisse de moral, mais une diminution de la production journalière de mélatonine et d'autres hormones influençant l'humeur est probablement en cause.
Il est possible d'agir préventivement pour éviter ou diminuer les difficultés liées au changement de saison. S'exposer à la lumière naturelle lors des mois d'automne et d'hiver et pratiquer une activité physique légère et régulière sont des moyens bien connus et à l'efficacité démontrée. A défaut, on peut se procurer à domicile des lampes spéciales pour luminothérapie (toutefois, la lumière naturelle est préférable). Dans des cas plus récalcitrants, le recours à une aide médicale (psychothérapie, médicaments) peut s'avérer nécessaire.

Bonne fin de semaine

Did

découvrez nos autres chroniques
aspegic