L'activité physique comme médicament

L'exercice physique devrait-il faire l'objet de plus de prescriptions médicales  ? Très certainement, car il démontre une efficacité pour lutter contre certaines pathologies qui n'a rien à envier aux médicaments "classiques". C'est ainsi qu'il est le meilleur remède pour prévenir les maladies métaboliques (diabète) et cardio-vasculaires. Marcher ou nager 45 minutes trois fois par semaine permet de prévenir le diabète de type 2 de manière plus efficace que la metformine, l'antidiabétique de référence. En outre, 150 minutes d'exercice modéré par semaine diminuent les risques de mortalité chez les personnes souffrant de maladies cardio-vasculaires (-30%), chez les diabétiques de type 2 (-30-40%) ou d'hypertension et d'infarctus chez les patients obèses (-30%).

Des exercice d'endurance modérée sont également excellents chez les patients présentant des troubles respiratoires comme l'asthme ou chez les fumeurs. Chez ces derniers, ils abaissent le risque de développer une bronchopneumopathie chronique obstructive. De la même manière, les effets bénéfiques sur les os et les articulations sont indiscutables. Les douleurs liées à l'arthrose et les maux de dos peuvent être soulagés par des exercices d'endurance légers, des étirements, et un renforcement musculaire.

Les risques de développer les cancers du côlon et du sein diminuent de 25% à condition de pratiquer 30 minutes d'exercice cinq fois par semaine. Lorsque la maladie est déjà déclarée, des effets bénéfiques existent encore sur la résistance à la fatigue et même sur le pronostique vital. Enfin, personne n'ignore que le sport est un excellent antidépresseur. Sur la dépression légère, des études démontrent une efficacité équivalente aux médicaments antidépresseurs. Pour des dépressions plus lourdes, les médicaments restent nécessaires, mais une activité physique peut leur être associée.

Dans tous les cas, rappelons que l'on parle ici d'activités physique légères à modérées et en aucun cas de sports intenses. D'autre part, certains sports peuvent être recommandés dans certaines pathologies et déconseillés dans d'autres. C'et pourquoi il est important que vous discutiez de l'opportunité d'entamer ou reprendre une activité physique avec votre médecin avant de vous lancer. En outre, n'interrompez jamais un traitement de votre propre initiative. Les médicaments gardent toute leur place dans le traitement des pathologies discutées ici. 

Bonne semaine

Did

 

découvrez nos autres chroniques
aspegic