De l'utilité de la fièvre

La fièvre est une réaction immunitaire. Face à une agression bactérienne ou virale, notre corps réagit en activant la production de molécules qui vont à leur tour stimuler la synthèse de prostaglandines. Derrière ce nom barbare se cachent des molécules extrêmement importantes pour le bon fonctionnement du corps humain. Les prostaglandines agissent en effet sur différents mécanismes. Ainsi, elles interviennent dans la régulation de la production de l'acidité dans l'estomac, mais également dans les processus liés à la réponse inflammatoire. Dans le cas de la fièvre, elles vont agir sur notre cerveau, au niveau de l'hypothalamus. C'est là, en effet, que se trouvent les mécanismes de régulation de la température corporelle. Habituellement, elle est de 37°C, mais sous l'effet des prostaglandines, cette température de référence va augmenter. L'objectif de la fièvre ? Créer un environnement hostile aux virus ou aux bactéries. Sous l'effet d'une température plus élevée, ces micro-organismes ne seront plus capables de se multiplier aussi facilement et seront plus faciles à combattre. Ainsi, la fièvre a une réelle utilité dans la lutte contre la maladie et c'est pourquoi il est parfois bon de ne pas la faire baisser. Une fièvre de 38 ou 39°C jouera son rôle dans la guérison. Bien entendu, si la température monte trop et menace l'intégrité du patient, il sera nécessaire d'agir pour la faire baisser. Votre pharmacie de quartier se fera alors un plaisir de vous conseiller.

Bonne fin de semaine

Did

découvrez nos autres chroniques