Médecine hyperbare : de l’oxygène pour un second souffle

Utiliser l’oxygène pour guérir certaines infections ou plaies récalcitrantes, traiter des intoxications ou des accidents de plongée sous-marine ? C’est ce que propose la médecine hyperbare. Placé dans un confortable caisson de 9 x 2,4 mètres sous une pression de 1,5 bar – soit la pression rencontrée sous l’eau à 15 mètres de profondeur – le patient inhale à travers un masque pendant une heure et demie de l’oxygène pur ou mélangé. Après 15 séances, les résultats sont étonnants : des régions de l’organisme abîmées ou mal vascularisées retrouvent un second souffle. De nouveaux vaisseaux sanguins apparaissent et irriguent ces zones, permettant par exemple la cicatrisation de plaies résistantes à d’autres thérapies plus classiques. Des patients diabétiques présentant des plaies résistantes aux greffes ont ainsi vu leur état s’améliorer de manière spectaculaire. Par quel mécanisme ? En recevant une quantité accrue d’oxygène, les tissus abîmés consomment plus d’énergie et se régénèrent ainsi plus vite. De la même façon, l’oxygénothérapie hyperbare présente un effet anti-infectieux car elle diminue la prolifération de certaines bactéries pathogènes qui aiment se reproduire dans des milieux pauvres en oxygène.

Bonne fin de semaine

Did

découvrez nos autres chroniques
aspegic