Médicaments en ligne : le tribunal fédéral a tranché

En 2014, le Tribunal administratif de Thurgovie avait validé le principe de vente par correspondance de médicaments non soumis à une ordonnance tels que par exemple le paracétamol, l’ibuprofène, la codéine ou encore des décongestionnants pour le nez. Sur la base d’un simple questionnaire à remplir en ligne, de tels médicaments pouvaient vous être envoyés. Or, ces molécules – souvent banalisées à tort – peuvent s’avérer dangereuses si mal utilisées. Leur utilisation nécessite au minimum un court entretien avec votre pharmacien afin d’exclure le maximum de risques et s’assurer que le traitement est adéquat.

Ainsi, suite à un recours de Swissmedic et de PharmaSuisse contre cette autorisation, le Tribunal Fédéral a tranché. Désormais, ces médicaments en vente libre mais nécessitant un conseil ou un entretien avec le patient, ne pourront plus être délivrés par correspondance, sauf sur présentation d’une ordonnance médicale. Car rappelons-le, le médicament n’est pas un produit de consommation ordinaire. Les conséquences d’une mauvaise utilisation peuvent parfois être catastrophiques. Il existe donc un filtre permettant de s’assurer que le médicament sera bien utilisé. Ce filtre, c’est la pharmacie dans laquelle vous vous rendez depuis de nombreuses années et où l’on connait votre dossier et vos traitements par cœur. Evaluer au mieux la pertinence d’un traitement ne peut se faire que par une interaction étroite avec le patient. Juger d’un cas par téléphone ou au travers d’un écran est pour ainsi dire impossible. Trop de paramètres entrent en jeu. En ce sens, tout professionnel soucieux de la santé de ses patients ne peut que se réjouir de cette décision.

Bonne fin de semaine

Did

découvrez nos autres chroniques
aspegic