Médicaments, enzymes et interactions

Les enzymes sont des molécules dont la fonction est de faciliter et accélérer des réactions chimiques. Dit autrement, l’enzyme participe à la modification de la structure d’autres molécules. Prenons l’exemple de la digestion. Lorsque l’on mange, trois grandes familles de composés se retrouvent dans notre estomac : les graisses (lipides), les sucres (glucides) et les protéines. Afin d’être correctement assimilés au niveau de nos intestins, ces composés doivent être dégradés. Des enzymes spécifiques vont donc agir en fixant ces molécules, puis en les transformant en molécules plus petites facilement assimilables. Une fois la réaction chimique effectuée, l’enzyme libère la molécule transformée et peut en accueillir une nouvelle. Evidemment, tout cela se fait en une fraction de fraction de seconde. D’une manière générale, les enzymes sont partout. On les utilise par exemple dans la fabrication du vin, ou encore dans l’industrie chimique et alimentaire. Et elles sont d’une grande utilité lorsque l’on prend des médicaments.

Quelle que soit la voie d’administration, un médicament, pour agir, doit être absorbé. Ce processus peut se faire par exemple par les intestins (comprimés), par la peau (crèmes), par les poumons (inhalateurs)…Ensuite, vient une phase de distribution où le médicament passe dans le sang pour atteindre la zone où il doit agir. Enfin, il est éliminé, généralement par les urines. L’étude du devenir d’un médicament dans l’organisme est une science à part entière : c’est la pharmacocinétique. Quel rapport avec les enzymes ? Eh bien avant son élimination, le médicament doit être transformé. Les reins, en effet, ne sont pas capables d’éliminer correctement la plupart des molécules de médicaments que nous ingérons. Ce travail de transformation, que l’on appelle « métabolisation », se fait en grande partie dans l’usine à gaz du corps humain : le foie. Celui-ci, d’ailleurs, ne se contente pas de transformer les médicaments, mais tous les composants chimique que l’on absorbe de l’extérieur. Polluants, pesticides…le foie transforme et transforme encore afin de faciliter l’élimination de toutes ces molécules. Si il ne le faisait pas, on s’intoxiquerait très vite. Pour ce faire, le foie utilise ces fameuses enzymes. Ainsi, une fois que le médicament a atteint son objectif thérapeutique, il va passer dans le foie où des enzymes spécifiques vont le dégrader avant son élimination finale par les reins. Certains médicaments ne se contentent d’ailleurs pas d’être transformés par les enzymes du foie, mais vont à leur tour influencer l’activité de ces enzymes. Ainsi, un médicament A, tout en étant transformé par une enzyme A, peut ralentir ou accélérer l’activité d’une autre enzyme B. Si dans le même temps un autre médicament B est dégradé par cette enzyme B, cette dégradation peut être réduite ou au contraire accélérée. Du coup, notre médicament B se retrouvera en trop grandes quantités dans l’organisme (surdosage) ou au contraire, en quantités trop faibles (inefficacité). Dans les deux cas, l’effet est modifié : c’est une des formes d’interaction médicamenteuse. Cela explique que certaines associations de médicaments soient contre-indiquées.

Bonne fin de semaine

Did

découvrez nos autres chroniques
aspegic