Des nanoparticules pour vaincre le cancer

La présence de plus en plus importante de nanoparticules dans les produits alimentaires et consmétiques inquiète le grand publique et à juste titre. Cependant, les nanotechnologies ont aussi leurs bons côtés, notamment dans la conception de nouveaux médicaments.

On le sait, les médicaments anticancéreux sont agressifs. Ils ont besoin de l’être afin de détruire les cellules tumorales, le problème étant qu’ils détruisent au passage les cellules saines. Le recours aux nanoparticules pourrait permettre de mieux cibler les cellules malades, ce qui améliorerait l’efficacité des traitements tout en réduisant les effets secondaires.

Mille fois plus petites que les globules rouges, les nanoparticules sont capables d’atteindre toutes les parties du corps, y compris l’intérieur des cellules cancéreuses. Des études sont actuellement en cours à l’institut de recherche biomédicale de Bellinzone pour traiter un certain type de leucémie : le médicament anticancéreux est enrobé de nanoparticules munies d’anticorps permettant de reconnaître précisément les cellules cancéreuses. Arrivé sur le site d’action, le complexe médicament-nanoparticules pénètre dans la cellule malade. Le médicament y est alors libéré et peut agir de l’intérieur de la cellule sans abîmer les cellules saines avoisinantes. On comprend évidemment l’intérêt de telles stratégies sur l’efficacité d’un traitement. Souhaitons qu’elles se développent rapidement.

Bonne fin de semaine

Did

découvrez nos autres chroniques
aspegic