Le psoriasis

Le psoriasis est une maladie chronique qui touche environ 3% de la population dans nos régions, aussi bien les femmes que les hommes de tous âges. Elle évolue par poussées sous la forme de plaques rouges et épaisses, recouvertes de petites squames de peaux blanches. On en trouve principalement au niveau des coudes, genoux, bas du dos et cuir chevelu. Les ongles peuvent parfois être touchés, de même que les organes génitaux. Ces plaques provoquent de fortes démangeaisons et peuvent être accompagnées d'un rhumatisme inflammatoire au niveau des articulations (nuque, mains, pieds). Il y a également une souffrance psychologique réelle chez le malade atteint de psoriasis. Socialement, la maladie peut parfois conduire à une forme de mise à l'écart.

Par quel mécanisme les symptômes surviennent-ils ? Il s'agit au départ d'une activation anormale de certaines cellules immunitaires. Cela provoque une réaction inflammatoire de la peau qui conduit à un renouvellement anormalement rapide de l'épiderme (trois jours au lieu de 28 jours chez le sujet sain). Comme bien souvent, l'origine de la maladie est multifactorielle : prédispositions génétiques, mais aussi stress et chocs psychologiques qui peuvent favoriser les poussées. L'alcool et le tabac peuvent aggraver les symptômes.

Heureusement, il existe de nombreuses alternatives de traitement : pommades à la cortisone ou à base d'analogues de la vitamine D pour les formes les plus légères de la maladie. Lorsque les plaques sont plus étendues, on peut recourir à des thérapies à base de rayons UV (puvathérapie). Des dérivés de la vitamine A y sont parfois associés. D'autres alternatives existent encore : méthotrexate, ciclosporine et apremilast, une molécule récente, agissent directement sur les cellules immunitaires responsables. Enfin, les immunothérapies à base d'anticorps monoclonaux sont aujourd'hui extrêmement efficaces et de mieux en mieux tolérées. 

Bonne fin de semaine

Did 

découvrez nos autres chroniques