Des psychotropes à toutes les sauces ?

Cette semaine, c’est vers une émission de la télévision suisse romande que nous allons faire un petit tour. En effet, l’excellent magazine de vulgarisation médicale « 36°9″ a traité cette semaine de l’utilisation, parfois inconsidérée, des médicaments psychotropes tels qu’antidépresseurs, somnifères ou anxiolytiques. Ces médicaments sont utiles dans bien des cas, mais leur utilisation tend à se généraliser de manière exagérée. Il n’est pas rare qu’un patient soit mis sous antidépresseur au premier coup de blues, ou mis sous somnifère après quelques nuits difficiles. Ce phénomène est mondial et ses causes sont multiples : pressions de l’industrie pharmaceutique, prescriptions parfois trop lourdes ou inconsidérées de la part de certains thérapeutes, mais aussi pressions de la part des patients…bref, chacun a sa part de responsabilité, avec des conséquences parfois lourdes. Car si ces médicaments ont une vraie raison d’être dans certains cas bien définis, l’expérience montre qu’on pourrait souvent s’en passer. D’autre part ,la surmédication et la polymédication à outrance représentent aujourd’hui un réel problème, voire parfois un danger, comme vous pourrez le voir ici :

http://www.rts.ch

Il ne s’agit pas ici de pointer du doigt les uns ou les autres, mais simplement d’amener un élément de réflexion à la seule question qui devrait importer : comment servir au mieux les intérêts du patient ?

Bonne fin de semaine

Did

découvrez nos autres chroniques
aspegic