Pour que les dysménorrhées ne deviennent pas la règle

On appellee “dysménorrhées”  les douleurs accompagnant les règles. Ces douleurs sont fréquentes. De légères à invalidantes, il y a quelques petits trucs pour essayer de diminuer leur intensité.

Généralement, les douleurs accompagnant les menstruations sont bénignes. Cependant, il faudra recourir à une consultation médicale si ces douleurs apparaissent brutalement, sont anormalement fortes ou si elles impactent fortement votre mode de vie (angoisses, baisse d'humeur, absentéisme….).

Que pouvez-vous faire vous-même?  
Au niveau alimentaire, on pourra augmenter sa consommation en Oméga 3 (contenus dans les poissons gras tels que saumon, maquereau, hareng et sardines et dans l'huile de lin). On évitera au contraire les sucres raffinés, la margarine et huile végétale, la viande rouge. Eviter également mais juste durant les règles, le café et l'alcool. On s’assurera enfin d’avoir suffisamment d'apport en vitamine B6, C, et en magnésium.

Certaines plantes sont réputées agir contre les douleurs des règles : l'actée à grappe noire (Actaea racemosa), normalement prescrite pour des problèmes de ménopause, agit aussi contre la dysménorrhée. On pourra prendre un extrait standardisé à raison d’une fois par jour pendant 6 semaines au moins.
Des extraits ou des infusions de saule blanc (Salix alba) pourraient être utilisés  pour leur effet anti-inflammatoire.

En médecine alternative,l'acupressure et l'acupuncture ont démontré une bonne efficacité. En ostéopathie, la remise en place du bassin peut également contribuer à une facilitation de l'écoulement du flux menstruel et une diminution des douleurs.

Enfin, au chapitre des médicaments,l'ibuprofène est un premier choix. Efficace contre les douleurs menstruelles, on peut prendre un comprimé à 400mg trois fois par jour avec les repas pendant les 2 à 3 premiers jours qui sont en général les plus douloureux. Il est contre indiqué en cas d'asthme, problèmes gastriques et allergies. A ce titre, votre pharmacien pourra vous conseiller.

Une activité physique modérée et une bouillotte chaude sont également des mesures qui soulagent.

Si malgré toutes ces mesures les douleurs persistent, il faut consulter un médecin. Il existe d'autres alternatives, avec des anti-inflammatoires plus puissants ou des hormones, tout cela uniquement sur prescription médicale.

Bonne fin de semaine

Did
 

découvrez nos autres chroniques
aspegic