Le quotient intellectuel n’a aucune limite

Le quotient intellectuel n’a théoriquement aucune limite, même si les valeurs maximales recensées jusqu’à aujourd’hui ne sont pas supérieures à 200. Ce n’est déjà pas si mal, quand on sait que la moyenne dans la population est de 100. En réalité, le quotient intellectuel peut être calculé de différentes manières et ses résultats ne donnent qu’une idée très partielle de l’intelligence globale du sujet. L’une des manières de le calculer est de mesurer l’écart entre les performances d’un individu et celles d’une population globale. La distribution des résultats prend la forme d’une courbe en cloche appelée « courbe de Gauss » (voyez le schéma ci-dessus). Autrement dit, le nombre d’individus ayant un QI aux alentours de 100 est important, puis, plus on s’éloigne de cette valeur, plus le nombre d’individus diminue. Au-delà de 130, on entre dans la catégorie des gens particulièrement doués.

Une autre manière de déterminer un QI, notamment chez les enfants, c’est en fonction de l’âge mental par rapport à l’âge réel de l’enfant. Ainsi, si un enfant âgé de 10 ans possède un QI de 120, cela signifie que son âge mental est celui d’un enfant de 12 ans.

Cela étant, rappelons que les tests permettant de définir un QI sont avant tout basés sur les capacités logiques et déductives du sujet. Un QI élevé ne vous assurera pas la réussite dans le monde réel, tant les facteurs entrant en jeu sont divers. Débrouillardise, empathie, intelligence émotionnelle, créativité, ouverture d’esprit…Toutes ces caractéristiques et bien d’autres ne sont pas prises en compte par les tests de quotient intellectuel. C’est pourquoi il faut prendre ces résultats avec le recul nécessaire et ne pas leur donner plus d’importance que nécessaire.

Bonne semaine

Did

découvrez nos autres chroniques
aspegic