Rougeole : on ne se vaccine toujours pas assez

Les cas de rougeole sur sol européen ont fortement augmenté en 2018 nous indique l'Organisation Mondiale de la Santé. Ce sont en effet 82000 cas qui ont été recensés (dont 72 décès) contre 3 fois moins en 2017. Bien que la couverture vaccinale progresse, cela reste encore insuffisant avec des écarts importants entre pays . 

Afin d'obtenir une immunisation optimale, deux doses du vaccin doivent être administrées durant l'enfance. Or, en 2017, seuls 90% des enfants européens ont reçu la 2eme dose. Cela peut sembler beaucoup, mais en réalité, il faudrait que ce chiffre atteigne 95% pour espérer stopper la progression de la maladie. Cet objectif n'est pas encore rempli dans 34 des 53 pays d'Europe. Les disparités sont importantes. Lorsque la vaccination est obligatoire (Hongrie) ou que des mesures incitatives sont mises en place (Allemagne), la couverture vaccinale atteint les seuils recommandés. Dans certains pays, pourtant, nul besoin de forcer les gens. Les Suédois sont confiants envers les vaccins et vaccinent 97% de leurs petits sans aucune obligation de le faire. A l'autre extrémité, l'Ukraine regroupe plus de la moitié des 82000 cas dénombrés l'années dernière du fait d'un système de santé fortement désorganisé suite au conflit avec la Russie. La Serbie est également fortement touchée (5000 cas). Enfin, face à un taux de vaccination trop faible, France et Italie se sont résolus à rendre certains vaccins obligatoires. 

La vaccination a permis d'éradiquer un certain nombre de fléaux et il ne faut pas se faire d'illusions : si nous baissons la garde et considérons que la partie est gagnée, virus et bactéries ne manqueront pas de se rappeler à notre bon souvenir. 

Bonne fin de semaine

Did 

découvrez nos autres chroniques
aspegic