Tour d’horizon des méthodes contraceptives (partie 1)

Il existe de nombreuses méthodes contraceptives, toutes avec leurs avantages et leurs inconvénients. En Suisse ou en France, la pilule est de loin la méthode de contraception la plus utilisée par les couples. Pourtant, ce n’est pas le cas partout. Commençons cette semaine un petit tour d’horizon :

- La pilule : composée d’hormones synthétiques (oestrogènes et progestatifs), la pilule bloque l’ovulation. Elle doit être prise tous les jours, à heure fixe, pendant 3 semaines par mois ou 4 semaines par mois selon la pilule utilisée. Il en existe 4 générations qui se différencient principalement par leur composition. Les pilules des première et deuxième générations sont à privilégier car elles présentent moins d’effets secondaires que les autres. Efficace à 99%, la pilule est fiable…pour autant qu’elle soit prise correctement. Elle présente occasionnellement quelques effets secondaires mineurs (par exemple des nausées) et dans de rares cas, des effets secondaires plus graves (thromboses), notamment si elle est associée à des facteurs de risques comme la cigarette.

- Le préservatif : masculin ou féminin, son efficacité peut être affectée par une mauvaise utilisation (mal posé, rupture,…). Cependant, c’est la seule méthode contraceptive qui assure également une protection contre les maladies sexuellement transmissibles comme le SIDA ou l’hépatite B.

- L’implant : ce petit bâtonnet de 4cm de longueur se place sous la peau du bras où il va libérer pendant 3 ans une hormone progestative. Peu utilisé actuellement, il présente l’avantage d’agir sans qu’on ait besoin d’y penser. Pas de risque d’oubli ou de mauvaise utilisation, et ce, pendant plusieurs années. Par contre, chez la plupart des femmes, le rythme des règles va être modifié. D’autres effets secondaires existent comme prise de poids, douleurs au point d’insertion, acné.

- Le stérilet (dispositif intra-utérin) : ce moyen contraceptif est un des plus efficaces à long terme. C’est un dispositif en cuivre ou hormonal que l’on insère dans l’utérus. Efficace entre 3 et 5 ans, il ne favorise pas particulièrement les infections, contrairement à la croyance populaire. Par contre, le stérilet en cuivre peut conduire à des règles douloureuses. En 2010, environ 20% des femmes françaises l’utilisaient comme moyen de contraception. C’est beaucoup par rapport à d’autres pays comme les USA où son utilisation reste marginale.

D’autres méthodes existent. Nous les verrons la semaine prochaine.

Bonne fin de semaine

Did

découvrez nos autres chroniques
aspegic